Ego et go

Comme je vous le disais dans mon dernier article sur de la course de fond à la création artistique,  je cours quasiment tous les jours.

Pourquoi ? Non pas pour améliorer mon chrono, mais parce que j’aime ça et que courir mes 9-10 km ou plus par jour est pour moi aussi salvateur qu’une douche.

De la vitesse et de la distance.

Les champions n’ont rien à m’envier, je me promène.

Je connais ma vitesse : 5.50 ou 6min/ km pour l’allure promenade et j’avoue que ne pousse pas mon cœur au dessus de 160 battements par minute.Courir pour éviter de manquer un train est pour moi un effort..pour dire que je ne force pas sur le cardio.

En revanche, je cours pour les sensations. Je pense aux principes du hata yoga : maîtriser sa posture, contracter les abdominaux, expirer à fond pour se libérer de la pression du quotidien. La course doit être un exutoire.

Il est préférable de s’éloigner des pots d’échappements pour courir au grand air..Néanmoins, ayant vécu dans des grandes métropoles, je sais que ce n’est pas toujours évident. On doit parfois se contenter des trottoirs. Je réfléchis actuellement à un concept d’Urban Train.

Néanmoins, si j’ai une capacité spécifique, c’est la longue distance.  ll y a 10 ans, la capacité des marathoniens m’intriguaient. Depuis, j’ai participé à 6 marathons ( ParisNice-Cannes et Vienne ) et 5 trails de 70-80 km ( la Sainte Lyon et l’Eco-trail de Paris). Je suis entière et en pleine forme et j’ai toujours fini avec le sourire et plus d’entrain que je n’avais après une journée de bureau. Je m’apprête à faire la reconnaissance de l’Ultra-Trail du Mont Blanc.

Concernant mon allure encore une fois, je vise une allure de 11km/h au marathon… que je n’atteins pas ! Au cours des 3 dernières années, je bouclais les 42.195 en 4h. Mettre l’accent sur la VMA, travailler sur le rythme, la condition physique..j’ai encore tout un programme à parcourir et de quoi occuper mes sorties.

Concernant le trail ( qui n’a aucun rapport avec le marathon), les notions d’allures sont différentes, comme il faut tenir compte des facteurs altitude, météo ( neige, pluie ) et du relief. Sauf « entraînements à la hauteur », nous citadins, trop habitués au bitume, sommes un peu désarmés.

Il n’empêche que c’est possible, surtout dans les courses « tout public », qui laissent une large amplitude horaire. Marche ou Crève ne figure pas encore parmi les courses à venir.

Les moyens, pour le plaisir.

Tout d’abord, en s’entraînant régulièrement 4/5 fois par semaine et en faisant des sorties longues de plus de 2h.

Ensuite, le BA Ba scolaire : en adaptant son alimentation, maudissant l’oncle Mac Donald et en diminuant sa consommation d’alcool.

Enfin, le secret pour moi, c’est la concentration et la volonté. Idéalement, il faut être focalisé sur sa course : penser à son corps, à sa posture, apprécier le paysage, reconnaître ses repères quand on connaît le parcours , sinon, apprécier la découverte. Comme pour les pilotes de vols longs courriers : lutter contre l’ennui et la monotonie.

 Il est parfois préférable d’avoir un buddy pour se motiver. Personnellement, j’aime aussi une bonne bande son car la course est comme une discothèque : un bon DJ peut vous faire tenir jusqu’au bout de la nuit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s