course à pied

Tour du Mont Blanc : J-1 : test de personnalité.

Ce soir est ma dernière nuit à la maison, puisque je prend le départ pour Chamonix demain, pour faire le tour du Mont Blanc.  Non, je ne pars pas pour l’UTMB, qui fait rêver les grands, c’est une « simple » reconnaissance en trail d’environ 90 km ( si tout va bien) sur 4 jours, avec mon club. Il paraîtrait que ce trail représente 80% de marche, pour les amateurs que nous sommes, non coutumiers des côtes. Raison de plus pour apprécier le terrain et les paysages.

Le programme : nous partons de Chamonix le 11 juillet, pour rejoindre Courmayeur ; les Chapieux ; puis Bonatti en Italie, où nous passons la 2e nuit. Ensuite, nous rejoignons Champex, Trient, en Suisse, pour la 3e nuit. Enfin, nous retournons à Chamonix..le 14 juillet, comme un événement sportif.mon sac, fruit de temps de préparation

Nous sommes sur le départ et cette aventure se prépare. Une expérience nouvelle du trail, avec 1500-2000 m de dénivelé positif, et..en itinérance, dans un des plus beaux site au monde, un retour à la nature et l’air pur.

Les questions matérielles sont importantes, puisque nous gérons nous-même le portage, comme des petits mulets. Alors nous devons faire des choix stratégiques : choisir une sac adapté, pour allier légèreté, confort et pratique. J’ai investi dans le Raidlight Olmo 20L : en plus des poches de rangements, il comprend 2 porte-bidons déportés sur l’avant, ce qui permet de répartir la charge  entre l’avant du corps et le dos.

Nous partons pour 4 jours, dans la montagne, devant faire face à la pluie, au froid, peut-être à la neige ou..au soleil ; on se dépense, donc on aime bien son petit confort..seulement ce confort a un poids et nous devons optimiser ce dernier, sans quoi la course sera impossible. Chaque gramme compte.

Qui dit haute-montagne dit équipement : nous emportons des bâtons de trail, pour s’aider dans les montées et les descentes. J’ai investi dans les Black Diamond Trekking pole, de 110 cm de longueur, qui ont l’avantage de se replier en 3, pour être rangés dans le fourreau du sac Raidlight prévu à cet effet.

Je ne parle pas du reste : Kway imperméable,  shorts/ Tshirt techniques que j’avais déjà. Plus de 200€ qui partent dans l’équipement, ça fait mal : la note monte vite avec le trail. C’est le prix à payer pour se retrouver en milieu naturel : l’équipement est de rigueur et nous aidera à survivre, il intervient en renfort du corps, qui lui a déjà dû se préparer.

Donc, on prépare son sac en pensant à la Survie. Les bidons d’eaux seront remplis tout au long du trajet et nous porterons ces 1.5L. Il faut également prévoir les barres de céréales, en cas de faiblesse sur la route. Et les médicaments, pansements, prévoir les foulures, les maux de tête, ventre, pieds. En matière de vêtement : prévoir différentes épaisseurs, mais pour partir léger.. prendre le minimum. Dilemme difficile pour les femmes du trail : quel est le prix de la légèreté ?

Dans cette course à la légèreté, on se demande si l’appareil photo trouve sa place..partir sur les toits du monde dans l’immortaliser ?

Et pour moi, la pire frustration : ne pas prendre de livre, même poche..

Cette lecture peut faire penser à un test psychologique 🙂 : que doit-on emporter sur une île déserte ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s